Site Loader
De l’importance de la représentation des lesbiennes sur Google-losinglifetofindlife-5

Après l’agression scandaleuse d’un couple de lesbiennes à Londres en juin dernier, a scandalisé le monde entier, le mouvement #SEOLesbienne s’est mis en place pour montrer la responsabilité de Google dans la représentation hypersexualisée des couples de femmes sur Internet.

 

De l’importance de la représentation des lesbiennes sur Google-losinglifetofindlife-1

 

Google a depuis revu sa copie mais son algorithme a longtemps limité l’homosexualité féminine à un fantasme d’hétéro.

 

Une agression qui fait date

Pour rappel, un couple de lesbiennes avait été agressé violemment dans un bus de nuit à Londres par une bande d’adolescents qui les ont frappées sauvagement lorsqu’elles ont refusé de s’embrasser devant eux. Cette agression lesbophobe terrifiante met en lumière les violences quotidiennes que subissent les couples de femmes, et surtout le fait qu’elles soient considérées comme “des objets sexuels”. Ceci est lié au fantasme malsain des hommes hétérosexuels.

On peut se demander également quelle est la responsabilité de Google dans la représentation toxique des lesbiennes. En effet, la requête « lesbienne » sur le moteur de recherche va renvoyer à de nombreux sites et images pornographiques destinées à un public hétérosexuel. Rien sur le niveau de l’information, aucune visibilité du terme dans les médias, que de la pornographie. C’est à partir de ce constat que s’est lancée l’opération #SEOlesbienne qui part à la conquête de l’algorithme surpuissant de Google afin d’améliorer le référencement de ce terme.

 

Sur Internet, lesbienne = porno

Comment expliquer que ce mot soit autant associé à une sexualité qui doit être regardée ? Dans la société patriarcale actuelle, la sexualité entre femmes n’existe qu’à travers le fantasme qu’elle représente pour les hommes. En gros, seul l’homme est capable d’apporter du plaisir à la femme. A l’inverse, les femmes sont là pour apporter du plaisir à l’homme, y compris lorsqu’elles ont une relation sexuelle entre elles. Il n’y a que le plaisir de l’homme qui compte.

 

De l’importance de la représentation des lesbiennes sur Google-losinglifetofindlife-4

 

 

Lesbienne et visibilité

Il y a d’abord une invisibilité du terme lesbienne partout dans la société. On parle plus volontiers d’homosexuels, faisant plutôt référence aux hommes. On commence à parler d’homophobie et de reconnaître des droits aux personnes qui sont victimes d’agressions liées à leur homosexualité. Néanmoins, le terme lesbophobie n’existe pas encore dans le dictionnaire. La visibilité des lesbiennes va passer par une visibilité du terme, qui devra devenir quasiment un nom commun.

 

Le cyberactivisme est en marche

Les choses ont commencé à évoluer du côté de Google avec l’élection de la première femme maire noire à être ouvertement lesbienne à Chicago. Le 3 avril 2019, les sites d’information qui ont couvert l’élection de Lori Lightfoot sont apparus dans les résultats de Google avec le terme « lesbienne ». C’est une première, pour un classement d’ordinaire trusté par 100 % de sites pornographiques. C’est à ce moment-là que certaines femmes se sont dit qu’il serait opportun deprofiter de cet événement pour faire évoluer durablement la visibilité de ce mot en ligne.

 

De l’importance de la représentation des lesbiennes sur Google-losinglifetofindlife-5

 

Le hashtag #SEOlesbienne est alors apparu sur le compte Twitter d’Epave Insatisfaite. Son l’objectif ? Faire prendre conscience que le militantisme doit aussi passer par le cyberactivisme. La femme à l’origine de ce mouvement entend bien ne pas se laisser dicter la loi par Pornhub et refuse de baisser les bras face au mastodonte du porno. Elle décide dons de mettre le SEO à contribution d’une bonne cause. En effet, le Search Engine Optimization permet d’optimiser un contenu web pour qu’il remonte en premier dans les moteurs de recherches. Il suffit donc d’utiliser ses techniques pour nettoyer les contenus pornographiques et faire remonter à la place du contenu informatif.

 

L’association thématique selon Google

Lorsque l’on se pose la question de savoir pourquoi le mot « lesbienne » est associé à tellement de contenus pornographiques, il faut aller chercher la réponse du côté du fonctionnement de Google et notamment de son association thématique. Quand les internautes tapent ‘lesbiennes‘ dans Google, la majorité du temps, ce qu’ils recherchent, c’est du porno. Pas des articles de presse. Cette intention va être observée et indexée par Google. Le logiciel retiendra donc que le mot « lesbienne » est majoritairement associé à du contenu pornographique. D’ailleurs, les pros du SEO le disent. Il n’est pas conseillé de tenter de faire référencer un contenu sur le mot lesbienne. Car il sera automatiquement associé à du contenu porno.

 

De l’importance de la représentation des lesbiennes sur Google-losinglifetofindlife-3

 

Si ces requêtes sont ancrées depuis un certain temps, il n’est pas moins possible de faire bouger les choses en exploitant le référencement. Et notamment la méta-description d’un site. C’est en effet un élément qui va être pris en compte par Google pour mieux indexer les contenus. Il s’agira dont de donner le plus d’informations pertinentes possibles dans cette description. Ceci afin de tenter de faire comprendre à Google que l’association Lesbienne – porno n’est plus la seule intention de requête. 

 

Le rôle des médias

Les médias ont donc un rôle important à jouer là-dedans. Ce sont eux qui possèdent des contenus informatifs à réelle valeur ajoutée sur le sujet des lesbiennes. Or, ils sont tendance à privilégier le terme « homosexuelle ». Ce terme est considéré comme étant plus sérieux. Mais le fait de délaisser le terme lesbienne va jouer en sa défaveur et concourir à son invisibilité auprès de Google. Si le terme n’est pas utilisé, ces contenus ne seront pas indexés sous ce terme sur le moteur de recherche. Cela laisse la place aux contenus pornographique qui eux, utilisent beaucoup ce mot-clé. Les médias doivent se poser la question de leur frilosité dans l’utilisation du terme lesbienne. Pourquoi le contourner ? Lui ajouter des guillemets ? Ou lui préférer des expressions parfois très alambiquées dans des contenus journalistiques ?

 

Du SEO au SEA

Ainsi, si le référencement du terme « lesbienne » ne se fait pas de façon naturelle avec du contenu non pornographique, la seule alternative serait de payer de la publicité pour apparaitre en haut des résultats de recherche. Là, on quitte les techniques SEO pour aller vers du SEA (Search Engine Advertising). Il a pour objectif d’augmenter la visibilité d’un site en payant pour de la publicité.

 

De l’importance de la représentation des lesbiennes sur Google-losinglifetofindlife-2

 

Mais, au-delà des montants prohibitifs qu’une telle opération demande, elle ne pourrait pas enlever à elle seule les résultats naturels de recherche auxquels elle serait mêlée. De plus, le problème lié au mot lesbienne n’est malheureusement pas présent que sur Google. On le rencontre aussi sur Youtube, où le mot est associé à du sexe, sur Gmail où des newsletters lesbiennes sont automatiquement catégorisées comme des spams, ou encore Facebook où des pages comme Lesbians Who Tech ont dû supprimer le mot lesbiennes de leur titre pour avoir le droit d’exister sur le réseau social. Nous finirions presque par croire que le mot lesbienne est considéré comme un gros mot.

 

 

lina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *