Site Loader
sexualite-lesbiennes-losinglifetofindlife-3

Si le mot lesbienne correspond avant tout à la catégorie la plus recherchée sur les sites pornos, on apprend que la France suit bien la tendance. Il est bon de faire un point sur la sexualité des lesbiennes.

 

sexualite-lesbiennes-losinglifetofindlife-3

 

Aussi, ce n’est pas seulement un fantasme réservé aux mâles hétérosexuels, car ce mot est tout aussi recherché par les femmes.

 

Curiosité autour de la sexualité des lesbiennes

Les recherches Google autour des lesbiennes tournent principalement autour de la sexualité. Le moteur de recherche a d’ailleurs pendant très longtemps proposé des résultats de recherche uniquement basés sur des contenus pornos avant de prendre conscience très récemment du problème que cela posait. Entre fantasme et sociotype sexualisé, il existe une réelle fascination autour de la sexualité des lesbiennes. La curiosité pointe également le bout de son nez : si tant d’hommes et de femmes recherchent ce terme sur les sites pornos, c’est que cela doit forcément apporter du plaisir. On entend aussi souvent parler de beauté du corps féminin qui serait plus agréable à regarder ou d’acte plus tendre, moins bestiale que la présence d’homme(s).

Pas étonnant donc de voir que cette curiosité pousse également de nombreuses femmes à sauter le pas et à s’essayer à des pratiques sexuelles entre femmes. D’autant plus que plusieurs recherches démontrent que les lesbiennes auraient plus facilement un orgasme que les femmes hétérosexuelles (86 % des lesbiennes ont toujours ou souvent des orgasmes, contre 65 % des hétérosexuelles et 66 % des bisexuelles – Chapman University, 2017). Ainsi donc en plus d’être le plus grand fantasme du monde, les lesbiennes seraient aussi les meilleures amantes.

 

Des stéréotypes tenaces

Malgré cela, la représentation que se font les gens de l’acte sexuel lesbien est empreint de cliché et se limite à 2 versions : soit la version fantasme pour homme hétéro avec caresses douces et baisers langoureux entre femmes très féminines et sexys, soit la version « butch » avec godes ceintures sur femmes aux cheveux courts et à la silhouette androgyne. Bref, soit c’est juste pour exciter les hommes, soit c’est pour les remplacer mais il reste difficile à concevoir pour des hétéros, comment des femmes peuvent prendre du plaisir sans l’intervention d’un pénis.

 

sexualite-lesbiennes-losinglifetofindlife-2

 

Et ces stéréotypes, loin de faire entrer l’homosexualité féminine dans les standards, va engendrer une forte lesbophobie. Comme le note SOS-Homophobie, on compte une augmentation de 66% d’agressions physiques entre 2017 et 2018.

Pourquoi une telle incompréhension ?

Si l’on en revient aux clichés qui entourent la sexualité entre femmes, on se rend compte qu’elle n’est envisagée que par rapport à une sexualité hétérosexuelle. La vraie question c’est comment atteindre l’orgasme sans un homme. Tout est dans la culture : une relation sexuelle se limite souvent dans la tête des gens à la pénétration d’un pénis dans un vagin et se termine par l’éjaculation. Difficile dans ces cas-là d’envisager une relation sexuelle entre deux femmes. C‘est sans compter sur les nombreuses zones érogènes que possède un corps de femme : le clitoris, le vagin, l’anus, les seins, la bouche, les lèvres… En combinant tout ceci, il existe alors des milliards de possibilités pour atteindre l’orgasme.

 

Concrètement, comment ça se passe ?

C’est la marque de sextoys lesbiens WetForHer qui donne la réponse grâce à une enquête réalisée auprès de 2500 clientes. On remarque tout d’abord une très grande différence au niveau de la durée de l’acte. En effet la moitié des lesbiennes ont des rapports compris entre une demi-heure et une heure, et 14 % font l’amour durant plus d’une heure. Inutile de préciser que cela est largement supérieur aux standards hétérosexuels. 

Et si vous pensiez que les rapports durent plus longtemps car elles font l’amour moins fréquemment, détrompez-vous. Les deux tiers des femmes interrogées ont des rapports au moins une fois par semaine. Et ce sont les lesbiennes qui accepteraient le moins de vivre dans un couple qui ne fait plus l’amour.

 

sexualite-lesbiennes-losinglifetofindlife-4

 

Quelle stimulation va leur faire atteindre l’orgasme ? 96% des lesbiennes ont un orgasme par stimulation clitoridienne, 57% par stimulation vaginale et 6% par stimulation anale. Cela leur va plutôt bien car elles sont 75% à être épanouies sexuellement. Au niveau de leurs connaissances, 100% d’entre elles se sont déjà masturbées (Ifop, 2019), contre 77 % des hétérosexuelles ; 91 % disent bien connaître leur corps (79 % des hétéros) ; 77 % ont déjà regardé du porno (47 % des hétéros), 56 % ont déjà utilisé un sextoy (44 % des hétéros). Elles sont également plus nombreuses à s’essayer aux pratiques anales, que ce soit de manière active ou passive (de la sodomie à l’insertion d’un doigt, sans oublier la caresse de la langue). 

 

Allons plus loin

En ce qui concerne la pénétration, elles ne sont pas en reste. Elles possèdent un éventail de possibilités pour ce faire.  Avec les mains, la langue, des harnais, des godemichés en tout genre… Pour les lesbiennes, pas besoin que ces sextoys imitent le pénis. D’ailleurs le modèle le plus prisé chez elle est celui qui « prolonge » les doigts. Il existe également des modèles qui représentent des fruits ou encore des cornes de licornes.

À savoir également, 64% des lesbiennes sont déjà eu des rapports avec un homme. Même si elles ne sont que 20% à avoir apprécié. La pratique dite des ciseaux qui fait souvent polémique… Et serait vue comme un acte cliché destiné à exciter les hétéros… Reste pourtant une pratique qui peut être appréciée par certaines lesbiennes. Elle consiste en effet à prendre du plaisir par frottage de la vulve.

À noter enfin que les ouvrages concernant les positions sexuelles lesbiennes se multiplient. Une plateforme comme Amazon par exemple propose 18 pages de résultat à la requête kama sutra lesbien. Les comptes Instagram ne sont pas en reste. Comme le très beau Sapphosutra, sur abonnement. Ou encore des guides pratiques en ligne. La meilleure façon de combattre les préjugés entourant la sexualité des lesbiennes reste encore l’information. Rien de tel que des livres ou du contenu fait par des lesbiennes, histoire de couper l’herbe sous le pied à toutes les représentations destinées à assouvir les fantasmes des hommes hétérosexuels.

 

sexualite-lesbiennes-losinglifetofindlife-1

 

Si cette représentation a longtemps été la seule présente sur Google, il est urgent de la remplacer rapidement pour une meilleure compréhension de ce qu’est la sexualité des lesbiennes. Cela permettrait une meilleure acceptation de l’homosexualité féminine.

 

 

lina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *