Site Loader
biphobie-bisexualité

L’opinion commune dans sa majorité ne s’accorde que sur l’existence de deux orientations sexuelles : l’homosexualité et l’hétérosexualité. Pour la plupart des personnes, il est difficile d’admettre l’existence d’une troisième orientation sexuelle, la bisexualité. Et apparait alors la biphobie. 

 

biphobie-bisexualité

 

De ce fait, les personnes de cette dernière catégorie sont constamment victimes de préjugés et d’actes de violence. Elles se sentent constamment frustrées du fait du déni de leur orientation sexuelle et du mépris dont elles font objet. Sortons des schémas binaires. Les personnes non-binaires savent qu’il existe une multitude de sexualités.

 

Qu’est-ce que la biphobie ?

La biphobie désigne tout comportement tendant à renier ou mépriser l’orientation sexuelle des personnes bisexuelles. En effet, la bisexualité est très critiquée au sein de la société. La plupart du temps, les bisexuel.le.s sont victimes d’une double stigmatisation. En plus d’être renié.e.s par la communauté LGBTQIA, iels sont également la cible d’homophobes. 

Les détracteurs de la bisexualité refusent d’admettre qu’il s’agit d’une orientation sexuelle à part entière. Ils pensent pour la plupart que c’est la conséquence d’une indécision. En d’autres termes, certains estiment que les bisexuels sont des personnes qui n’arrivent pas à se décider quant à leur véritable orientation sexuelle. D’autres vont même jusqu’à traiter les bisexuels d’homosexuels non assumés. Quelques-uns s’imaginent que la bisexualité est un mélange d’homosexualité et d’hétérosexualité. Les appréhensions sont diverses et vont de la simple expérience au déni.

 

biphobie-bisexualité-2

 

La bisexualité appréhendée comme une simple expérience

Certaines personnes perçoivent la bisexualité comme une simple expérience. Le but de cette orientation serait juste de pimenter la vie sexuelle. De ce fait, la réponse la plus courante donnée aux personnes bisexuelles est « la bisexualité, c’est n’importe quoi ». Ce refrain est leur quotidien lors des soirées entre amis, en boite, sur les réseaux sociaux… De là nait la biphobie.

D’autres pensent que c’est juste une phase, une période transitoire avant de déterminer sa véritable orientation sexuelle. Pourtant, être un homme bisexuel et sortir avec une fille ne signifie pas qu’on est hétéro. De même, sortir avec un homme ne signifie pas que l’on est gay non plus. Une fille bisexuelle peut aussi bien sortir avec un homme qu’avec une fille sans pour autant être hétéro ou lesbienne. Être bisexuel.le, c’est éprouver autant d’attirance pour le sexe opposé que pour le même sexe. Toutefois, les personnes bisexuelles sont généralement plus attirées par un sexe que par l’autre. Être attiré par les deux genres ne signifie pas que le degré d’attirance est forcément le même. 

 

 

La fidélité des bisexuels remise en cause

Les détracteurs de la bisexualité remettent sans cesse en cause la fidélité des personnes qui ont choisi cette orientation sexuelle. Selon eux, le fait d’être attiré par les deux sexes permet aux bisexuel.le.s d’avoir plus d’options en matière de partenaires. Les personnes bisexuelles sont alors réduites à l’idée de désirer tout le monde et d’avoir envie de tromper leurs partenaires quand l’envie leur prend. Elles sont vues dans la société comme des proies faciles ou encore des partenaires volages. Par conséquent, elles sont rejetées par certains et ignorées par d’autres.

Dans son 21e rapport annuel, SOS Homophobie faisait état de 32% d’actes biphobes sur le nombre total des LGBTphobies recensées en 2016. Sur cet effectif, 86% des victimes ont été rejetées ou ignorées par la communauté. 40% ont subi des discriminations et 30% ont verbalement été agressé.e.s. 

Les bisexuels et pansexuels sont constamment en proie aux stéréotypes et autres discriminations. Ces attitudes sont aussi bien le fait d’inconnus que de l’entourage.

 

bingo_bisexualite-2

 

Les actes de violence à l’égard des personnes bisexuelles

Les bisexuel.le. s sont constamment victimes d’actes de violence dans la société. Ces manifestations visent aussi bien les femmes que les hommes.

 

Les actes de violence contre les femmes bisexuelles

Les manifestations biphobes touchent plus les individus de sexe féminin en raison du sexisme notoire déjà connu à leur égard. En effet, les femmes bisexuelles sont 3,7 fois plus exposées aux risques de violences que les hétérosexuelles et les lesbiennes. 61% de femmes bisexuelles ont déjà subi des agressions, des stalking ou des viols de la part de leur partenaire. 76% d’entre elles subissent des chocs émotionnels et 69% sont victimes de coercition contre 48% de lesbiennes et 41% d’hétéros. Leurs conjoints les contraignent en usant de menaces, de contrôle économique ou en les isolant.

 

Les violences contre les hommes bisexuels

Même s’ils sont moins touchés que les femmes, les hommes bisexuels n’en demeurent pas moins aussi victimes de violences sexuelles. Une étude a permis de recenser 30% d’agression physique sur des hommes bisexuels et 33,1% de cas de viols. L’enquête a été menée sur 16 977 jeunes hommes âgés de 13 à 18 ans. Elle permet de déduire que les violences biphobes exercées sur les personnes de sexe masculin ciblent notamment les mineurs. Ils sont agressés physiquement, parfois violés par des personnes plus âgées.  

 

 

lina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *